24/05/2013: “STOP Messieurs, vous ne passerez pas !”

Catégories
Actualités

24/05/2013: “STOP Messieurs, vous ne passerez pas !”

Le gouvernement wallon se propose de rompre unilatéralement le contrat qu’il avait signé avec les petits producteurs du secteur photovoltaïque (cfr communiqué de la RW du 28 mars 2013).

Cette future rupture de contrat, avec effet rétroactif, a et aura encore des conséquences catastrophiques pour TOUT le secteur, installateurs ET petits  producteurs et ce, d’un point de vue financier mais aussi et surtout en matière de CONFIANCE.

Qui peut encore avoir confiance dans un mécanisme mis en œuvre par un gouvernement qui, du jour au lendemain, s’octroie le pouvoir de le casser ?

En partant de ce triste constat, une question nous vient à l’esprit : Quel particulier sera encore assez crédule pour investir dans le photovoltaïque ou dans toute autre proposition du Gouvernement Wallon?

Le secteur tire la sonnette d’alarme et notre Ministre wallon de l’énergie, ce mercredi matin sur l’antenne de Bel RTL, trouve que la situation est normale, qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter, tout en martelant le fait qu’à chaque réforme le scénario est similaire. Ce que notre Ministre de l’énergie omet de dire est que cette fois ci, l’annulation et la baisse drastique des commandes, la multiplication des faillites des installateurs de PV et les perspectives d’avenir désastreuses ne sont pas dues à un changement de régime mais à une PERTE TOTALE DE CONFIANCE du particulier vis-à-vis des mesures envisagées par le gouvernement wallon en matière d’énergie renouvelable. Pour couronner le t out, il nous revient que le régulateur wallon ne traite pas les dossiers de rachats des certificats verts dans le délai prévu ce qui entraine des problèmes financiers au niveau des ménages pour le remboursement de leur prêt et aussi au niveau de certains installateurs qui n’arrivent plus à honorer leurs engagements envers leurs clients.

Notre gouvernement wallon a montré la voie du non respect des bonnes pratiques régissant la garantie donnée par la signature d’un contrat. Il a ouvert la brèche dans laquelle d’autres vont s’engouffrer. A commencer par le gestionnaire de réseau, qui sur prétexte de rétablir la justice, met en œuvre une « taxe » d’injection. Oh pardon, ne parlons pas de « taxe », car il s’agit d’une « tarification » comme l’a signalé le porte-parole d’ORES ce 21 mai lors de l’émission « On n’est pas des pigeons » diffusé sur la Une télévision. Quoique… Le régulateur wallon parle dans son avis rendu en date du 10 mai 2013 de « redevance ». Allez comprendre…

Après avoir été assimilés à des nantis, des spéculateurs, des profiteurs, … Voilà que selon les gestionnaires de réseaux, nous sommes la cause d’une grande injustice qui doit être rétablie au plus vite pour le bien de tous, par l’application d’une tarification (ou redevance ?). Comme vous l’aurez remarqué en suivant l’émission dont question ci-avant, le porte parole d’ORES a suivi exactement la même stratégie de communication que celle utilisée par le gouvernement wallon. Elle est très simple et malheureusement fonctionne : diviser pour mieux régner, stigmatiser une partie de la population au détriment d’une autre.

Cette tarification (redevance ?) n’a pas été annoncée sur base de dépenses qui devraient être engagées pour réaliser une amélioration du réseau mais tout simplement par une décision du conseil d’administration et des actionnaires destinée à réparer une grande injustice !!! (sic)

ET que pense le conseil d’administration de votre ASBL « Touche pas à mes certificats verts » de toutes ces annonces et mesures ?

Une expression nous vient à la bouche et, ce, unanimement : STOP Messieurs, vous ne passerez pas !

Après la communication désastreuse du gouvernement wallon en la matière

  • Après la stigmatisation dont nous faisons l’objet et, ce, aussi bien dans le chef du gouvernement wallon que dans celui des gestionnaires de réseaux.
  • Après les annonces de mesures rétroactives envisagées dans le cadre de la révision du plan SOLWATT et quelque soit le régime auquel nous appartenons (15 ans, 10 ans), nouveaux propriétaires de PV comme anciens.
  • Après la proposition d’une « tarification » (ou redevance ?) sur la base du nombre de KWc installés émise par le gestionnaire de réseau dans le but de réparer une grande injustice dont nous serions la cause,…

Nous le crions haut et fort : « Ca suffit ! »

Là où le conseil d’administration de TPCV a souhaité une ASBL à l’écoute de ses membres, nous devons malheureusement constater que le gouvernement wallon n’écoute plus sa population. Nous le regrettons amèrement.

Là où le conseil d’administration de TPCV a souhaité faire preuve d’une TOTALE transparence de gestion, VOUS faites preuve d’opacité.

Là où le conseil d’administration de TPCV  écoute chaque jour ses membres en difficultés, vous continuez à les snober.

Là où le conseil d’administration de TPCV s’inquiète d’un secteur en difficulté, vous appliquez la « méthode Coué ».

Sachez, que nous mettrons tout en œuvre afin de contrer toute mesure prise, d’où qu’elle vienne, qui sera défavorable aux petits producteurs d’électricité verte.

  • Le projet de tarifications est déjà à l’étude auprès de  notre cabinet d’avocats.
  • En ce qui concerne le projet de modification du plan SOLWATT, nous attendons la parution des textes officiels. Ces derniers seront analysés en profondeur et feront, le cas échéant, l’objet de procédures ad hoc.

Plus que jamais, nous sommes décidés à ne pas nous laisser faire !

L'équipe TPCV.